Dans coeur de la mort

J’ecouté le souffle du départ
sans espoir plus revenir à ma gorge –
le chant submergé dans le tombe.
Laisser, rester, passe, traverser
avec espoir la rue sans regarder
sur des bandes juste escalade sur l’asphalte,
en prison immense de nos vies,
un peu de jus de citron, une etincelle,
un peu de lumiére versées sur ma langue morte,
blessure de l’enfance qui retrouve la poussière
dans le naissance. Un coeur qui s’approche
seul dans la course, seul par l’arrivée.

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...