Les limites de la maladie

Je pense à ton corps sur le lit
haut perché dans les collines de ta nudité.
Je pense que le viol parfait, le incoscient
flux du sommeil dans le noir.
La poésie doit être come une élévation
de l’oiseau de l’ange à la porte de ta langue
et un descendre de cris dans mes oreilles
avec toute la rage d’avoir perdu la vie.

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...